27 avril 2020

Image du mois : Toux chronique chez un Rottweiler


 

CONTEXTE :

Une chienne Rottweiler femelle stérilisée de 4 ans, est reçue pour exploration par scanner d’un toux chronique, présente depuis son adoption à l’âge de 3 ans.

La vaccination a été reprise il y a un mois. Les traitements contre les parasites internes et externes sont suivis correctement. Aucun autre antécédent médical n’est rapporté.

Les précédents traitements (antibiothérapie à large spectre, corticoïdes par voie orale et par voie inhalée) n’ont permis qu’une amélioration partielle des signes cliniques.

Une dyspnée aiguë apparue depuis deux jours a motivé la prescription d’un scanner.

Des radiographies du thorax préalablement réalisées chez le vétérinaire traitant font suspecter une pneumonie diffuse et sévère.

L’examen clinique montre un syndrome fébrile : un abattement marqué associé à une déshydratation (5%) et une hyperthermie (39,4°C). A l’auscultation respiratoire, un tachypnée (60 mpm) et une dyspnée mixte sont notées avec la présence de crépitements en région des lobes caudaux. Le cœur était difficilement audible en raison de l’augmentation des bruits respiratoires.

L’animal est placé sous oxygène, un bilan sanguin est réalisé. La biochimie et les temps de coagulation sont normaux. La numération formule sanguine révèle une leucocytose neutrophilique marquée.

SCANNER THORACIQUE :

Le scanner demandé est réalisé. Des images en coupe transversale, en reconstructions parasagittale droite et coronale ventrale sont présentées.

Scanner coupe transversale

Scanner coupe transversale

Scanner coupe coronale

Scanner coupe coronale

Scanner chien coupe parasagittale.

Scanner chien coupe parasagittale.

INTERPRETATION  :

Plusieurs lésions sont présentes sur les images :

– Une bronchiectasie sévère, de type sacculaire à cylindrique (dilatation anormale des bronches, FLECHES ROUGES), des portions ventrales des lobes pulmonaires craniaux, caudal gauche et accessoire,

– Un épaississement diffus des parois bronchiques, avec comblement luminal partiel mais marqué dans les portions profondes des lobes (FLECHES ORANGE). Le contenu est hypoatténuant, non rehaussé par le contraste et avec effet de niveau sur certaines portions. Cette observation est particulièrement visible sur la vue parasagittale droite,

– La présence de larges plages d’opacification pulmonaire, « en verre dépoli » sur certaines portions, et type consolidation pulmonaire sur d’autres (images de bronchogrammes, FLECHES BLEUES),

– Absence d’autre anomalie, en particulier cardiaque et pleurale.

– Une adénomégalie modérée trachéobronchique et médiastinale craniale est par ailleurs notée (non visibles sur les images fournies).

Bronchiectasie et bronchopneumonie chien

Bronchiectasie et bronchopneumonie chien

Bronchiectasie et bronchopneumonie chien.

Bronchiectasie et bronchopneumonie chien.

Bronchiectasie et bronchopneumonie chien

Bronchiectasie et bronchopneumonie chien

 

CONCLUSION DU SCANNER :

– Bronchopneumonie multifocale sévère, avec lésions multiples de bronchiectasie et de comblement des lumières bronchiques. Une origine bactérienne est la cause la plus probable. La présence d’un corps étranger n’est pas exclue.

 

En reconstruction MINIP (MINimum Intensity Projection), l’irrégularité du diamètre bronchique est bien visible.

 

Reconstruction en Mode MINIP : Le diamètre de l'aborisation est irrégulier, certaines ramifications ne sont pas visibles en raison de leur comblement.

Reconstruction en Mode MINIP : Le diamètre de l’arborisation est irrégulier, certaines ramifications ne sont pas visibles en raison de leur comblement.

SUITE DU CAS / DISCUSSION :

Une fibroscopie est réalisée et confirme la présence de liquide purulent en quantité importante dans les différentes bronches. Aucun corps étranger n’est mis en évidence. Le liquide prélevé est analysé. La cytologie conclut à une bronchopneumonie nécrotique, les analyses PCR Bordetella et Mycobacterium sont négatives.

La bactériologie met en évidence deux germes : Morganella morganii et Proteus mirabilis. L’antibiothérapie est adaptée selon les résultats de l’antibiogramme.

 

Un mois plus tard, la toux est moins fréquente mais persistante. Le scanner de contrôle montre une amélioration nette des foyers de pneumonie mais une persistance des comblements bronchiques et des bronchiectasies.

 

La bronchiectasie correspond à la dilatation permanente d’une partie de l’arborisation bronchique. Celle-ci peut-être tubulaire, sacculaire (ou kystique) et/ou variqueuse, diffuse, focale ou multifocale.

 

Les causes de cette anomalie sont multiples :

– Elle peut être due à une infection intense et généralement chronique bronchique : atteinte bactérienne (mycoplasma par exemple), parasitaire (angiostrongylose) en particulier mais aussi fongique (Aspergillose) ou secondaire à la présence d’un corps étranger,

– Elle est également rapportée en cas de bronchopneumonie éosinophilique, de dyskinésie ciliaire,

– Elle peut être dite par traction en cas d’atteinte pulmonaire sévère adjacente : fibrose pulmonaire, atteinte tumorale.

– Elle peut se développer suite à une obstruction bronchique : corps étranger, lithiase bronchique, tumeur à l’origine d’une compression extrinsèque…

 

La bronchiectasie est irréversible, sa découverte peut donc être une découverte fortuite d’une affection ancienne. Elle complique le traitement et expose l’animal à un risque plus important de rechute. En cas d’infection lobaire récurrente, une chirurgie peut s’avérer nécessaire.

 

Pour en savoir plus :

– Yang W., Jones B., Rossi G, Stephens N., Arhtur I., Merritt A., Reese S, Langner K., First case of a dog infected with Aspergillus caninus in Australasia. New Zealand Veterinary Journal, 2019, 29 : 1-17.

– Johnson L., Johnson E., Vernau W., Kass P., Byrne BA., Bronchoscopy, imaging, and concurrent diseases in dogs with bronchiectasis: (2003–2014). Journal of Veterinary Internal Medicine, 2016, 30 : 247–54.

– Coia M., Hammond G., Chan D., Drees R., Walker D., Murtagh K., Stone J., Bexfield N., Reeve L., Helm J., Retrospective evaluation of thoracic computed tomography findings in dogs naturally infected by Angiostrongylus vasorum. Veterinary Radiology and Ultrasound, 2017 : 58 (5) : 524-534.

– Fitzgerard E., Priestnall S., Lamb C., Imaging Diagnosis-Computed Tomgraphy of traction bronchiectasis secondary to pulmonary fibrosis in a Patterdale Terrier. American College of veterinary Radiology, 2017 ; 58 (4) : E42-E44.

– Beck J., Ard M., Howerth E., Pathology in practice. Primary ciliary dyskinesia (PCD) with associated bronchopneumonia, bronchiectasis, and hydrocephalus in a dog. Journal of American Veterinary medicine Association, 2014 ; 244 (4) : 421-423.

– Cannon M., Johnson L., Pesavento P., Kass P., Wisner E., Quantitative and qualitative computed tomographic characteristics of bronchiectasis in 12 dogs. Veterinary Radiology and Ultrasound, 2013 ; 54 (4) 351-357.

LIENS :

»    Image du mois : régurgitations chez un Staffordshire Bull Terrier
»    Image du mois : Douleur abdominale chez un Griffon
»    Image du mois : Masse abdominale chez un Scottish Terrier
»    Service d’échographie abdominale à la clinique VetRef
»    Image du mois : Dyspnée chronique chez un Jack Russel
»    Image du mois : Apathie et souffle cardiaque chez un Setter Anglais
»    Image du mois : Cervicalgie chez un Yorkshire
»    Fiche de liaison

 


Nos horaires

La Clinique Vetref est ouverte 7J/7 au 7 rue James Watt à Beaucouzé près d'Angers, notre service d'urgences vous accueille 24h/24 au 02 41 200 220

Contactez-nous

Contactez-nous au 02 41 200 220 ou via le formulaire de contact de notre site Internet. Il nous sera agréable de vous répondre dans les délais les plus brefs.

Téléchargez la fiche de liaison